Changement climatique

Milly-la-Forêt  

Des villages 0 carbone

Villages 0 carbone : ce projet, porté par le parc naturel régional du Gâtinais français, allie une réflexion sur l’urbanisme (construction d’écoquartiers) et sur la mobilité (diminuer l’empreinte carbone). Une démarche innovante qui a valu au parc naturel régional de remporter l’appel à projets Territoires à énergie positive pour la croissance verte.

Trois questions à Emmanuelle Guilmault, directrice du parc naturel régional du Gâtinais français.

À quel moment le parc naturel régional s’est-il lancé dans l’aventure Villages 0 carbone ?

Nous avons eu une réflexion sur la consommation énergétique dès la création du parc en 1999. L’appel à projets du ministère nous a permis de continuer dans cette direction. Nous voulions susciter une prise de conscience de l’importance de cet enjeu auprès des élus, des habitants, car il n’y a pas que la ville qui se doit de faire des efforts en matière énergétique. Les communes rurales sont aussi consommatrices d’énergie et le parc en compte 69. Notre force est de pouvoir aborder de manière globale un sujet local et de prendre ainsi en compte à la fois les questions de densification urbaine, de mobilité, d’architecture et de performance énergétique du bâti, en particulier le bâti ancien, de matériaux biosourcés…

Pouvez-vous nous expliquer concrètement quel type d’action est mené sur votre territoire ?

Nous avons lancé un appel à projets sur l’urbanisme durable auquel notamment la commune de Maisse, qui compte 2 800 habitants, a répondu favorablement. Nous avons financé des études afin de mesurer ce qui pouvait être fait sur un terrain de 3 hectares en centre-bourg, propriété de la commune. Des petits logements collectifs avec jardins partagés vont y être construits. Des matériaux biosourcés (chanvre) et des énergies renouvelables (bois) seront utilisés. Les eaux pluviales seront récupérées et le nombre de places de parking sera réduit car la commune est desservie par le train.

Votre réflexion sur l’urbanisme se double donc d’une démarche en faveur d’une mobilité moins polluante ?

Notre objectif est la réduction de la production de carbone. Pour cela, nous réfléchissons à toutes les solutions permettant de mettre en place cette écomobilité. Ainsi, nous cherchons à mettre en place un système d’auto-stop organisé dans le sillage du RezoPouce car, même si nous ne sommes qu’à 50 km de Paris, nous sommes mal desservis par les transports en commun. Nous pensons aussi développer les sites de covoiturage. Et nous venons de lancer une enquête pour déterminer les besoins en véhicules ou en vélos électriques des communes. Au parc du Gâtinais, nous avons un rôle de sensibilisation et d’accompagnement des communes.

Le parc naturel régional du Gâtinais français en chiffres
Création en 1999
75 640 hectares
69 communes, 36 en Essonne et 33 en Seine-et-Marne
82 153 habitants
31 % du territoire recouverts de forêts
Crédits photo : PNR Gâtinais

  • Parc naturel régional du Gâtinais français


  • Essonne

Ces actions peuvent aussi vous intéresser