Biodiversité

Buxy  

Dessine-moi la transition énergétique

Véritables architectes des espaces verts, les paysagistes occupent aujourd’hui un rôle clé dans la transition énergétique. Le territoire Sud Côte chalonnaise a fait appel aux compétences et à la créativité de trois étudiants pour imaginer les paysages écologiques de demain. 
3 questions à… Morgane Braouezec, Alice Stevens et Steve Walker, étudiants paysagistes à l’École nationale supérieure de paysage de Versailles

L’Atelier pédagogique régional, c’est quoi ?

C’est un travail de six mois pour les étudiants paysagistes de 4e année à l’École nationale supérieure de paysage de Versailles. Avec Steve Walker et Alice Stevens, nous nous sommes plongés dans le sujet Plan de la transition énergétique pour la croissance verte de la communauté de communes Sud Côte chalonnaise. Ce fut une véritable immersion dans l’univers professionnel. Pour traiter ce thème, nous avons construit une méthode spécifique à l’espace étudié, en commençant par un diagnostic divisant différentes unités paysagères du territoire. Puis nous avons analysé les espaces pour dresser une stratégie commune et prospective. Notre projet avait pour but de donner des idées aux élus Sud Côte chalonnaise et de bousculer les façons de penser. Un projet de transition énergétique est en perpétuelle évolution et doit pouvoir s’adapter dans l’avenir.

Quelles sont les spécificités du territoire ?

A pied ou en voiture, nous avons parcouru l’ensemble du territoire. L’objectif était de s’approprier l’espace, de confronter nos visions… Pour autant, croiser les regards de différents acteurs était indispensable. On a participé à des randonnées avec l’association locale Mille chemins faisant et l’agence d’urbanisme Sud Bourgogne. Nous avons aussi rencontré des viticulteurs. Le territoire rural du Sud Côte chalonnaise se compose de paysages à la fois très harmonieux et diversifiés. On y trouve des vignes, des plaines entourés de haies, du relief, de nombreux cours d’eau… Cette biodiversité a défini notre façon d’appliquer la transition énergétique. Nous avons réinventé le territoire en tenant compte de la dynamique sociale et d’un cadre de vie fonctionnel, économique, écologique, esthétique et cohérent avec la grandeur du territoire.

Et à quoi ressemblerait le paysage de demain ?

En voyant la richesse du territoire, nous avons décidé de le découper en trois sites laboratoires avec des vocations énergétiques propres. Le premier se trouve à Buxy, où une ancienne voie de chemin de fer a été transformée en voie verte. À cet endroit, nous avons envisagé un projet de méthanisation. Puis c’est à Messey-sur-Grogne, un village-rue longé par un cours d’eau et par la forêt, que nous avons travaillé. On a souhaité lui redonner un dynamisme social en installant, au cœur du village, une chaudière bois centrale. Le troisième laboratoire s’articule autour de la rivière Guye et de la ligne TVG. Dans le Sud Côte chalonnaise, le contraste entre les grandes infrastructures et la qualité paysagère est fort. Pour préserver la végétation aux abords des cours d’eau, nous avons pensé à une piste cyclable d’écotourisme. L’implication et l’attachement des habitants aux projets nous semblaient aussi essentiels. On a proposé un parc écocitoyen éolien, en financement participatif. Enfin, pour ne pas empiéter sur les terres agricoles, le territoire pourrait implanter une ferme solaire sur un talus de la ligne TGV.

Engagée depuis plusieurs années dans la transition énergétique, la communauté de communes Sud Côte chalonnaise fait partie des lauréats des Territoires à énergie positive pour la croissance verte.

Illustration : Sainte-Hélène, village et collines- Dessin personnel d'Alice Stevens

Crédits photo : Alice Stevens

  • communauté de communes Sud Côte chalonnaise


  • Saône-et-Loire


  • Territoire à énergie positive

Ces actions peuvent aussi vous intéresser