Déchets

Paris  

SPhere : du plastique à la pomme de terre

Il fallait y penser, SPhere l'a fait : remplacer les sacs plastique fabriqués, par des sacs en pomme de terre, 100% français. Avec, à la clé, 250 emplois directs et 600 emplois indirects sauvés en France. Interview de John Persenda, PDG du groupe.

Aviez-vous anticipé l'interdiction des sacs plastique à usage unique ?

Oui car j'ai toujours été contre ce type de sacs qu'on retrouve dans la nature, ils donnent une mauvaise image de la plasturgie. Notre industrie avait perdu depuis dix ans ce marché, dont la fabrication est partie en Asie. Avec leur interdiction au profit des sacs biodégradables, nous récupérons et relocalisons le marché des sacs à usage unique. En ce qui concerne les sacs fruits et légumes biosourcés et compostables, chez SPhere nous étions prêts depuis longtemps. Nous allons même bientôt proposer des sacs entièrement transparents, ce qui répond à un besoin pour un pesage facilité des fruits et légumes en caisse.

Où et comment  sont produits vos sacs ?

Ils sont fabriqués en France dans trois usines situées en Normandie, Meurthe-et-Moselle et Haute-Loire, qui produisent 12000 tonnes par an. La matière première végétale est la fécule de pomme de terre que nous fournissent environ 1000 producteurs du Pas-de-Calais et de la Marne. Nous avons fait le choix d'une filière intégrée en rachetant avec des agriculteurs une féculerie de la Marne qui était sur le point de fermer, avant de nous associer au grand groupe coopératif Téréos. Ce sont ainsi 250 emplois directs et 600 emplois indirects qui ont été sauvés. Pour répondre aux besoins liés à la nouvelle réglementation, nous avons modernisé notre appareil de production et investi 50 millions d'euros. Une centaine d'emplois directs seront créés sur les trois usines, ainsi que deux cents emplois indirects.

Comment se répartit le marché des sacs biosourcés ?

Nous produisons la moitié des sacs fruits et légumes mis sur le marché en France, sous notre marque Végéos. Des concurrents français produisent un peu plus d'un tiers du marché et le reste est fourni par des importations italiennes, qui utilisent l'amidon de maïs. Nous exportons aussi, vers l'Allemagne, la Belgique, l'Italie, et bientôt vers l'Espagne qui va se doter d'une réglementation comme la nôtre. Nos clients sont aussi hors Europe, nous vendons à l'île Maurice, qui est passée à 100 % de sacs biodégradables, et suivons avec intérêt la situation au Maroc, qui représente un énorme marché.

Quelles sont vos perspectives de développement et d'innovation ?

Nous sommes en attente d'une autorisation de mise sur le marché pour une nouvelle résine à partir de fécule de pomme de terre, Blueplast, qui a la propriété de se décomposer dans l'eau et qui est sans danger pour les organismes aquatiques. Elle intéresse d'ailleurs la Marine pour l'emballage des déchets biodégradables de ses navires. Et nous travaillons également pour proposer de la vaisselle jetable biodégradable en 2020, conformément aux exigences de la loi de transition énergétique. Nous avons l'ambition de passer au tout biosourcé ou recyclé en 2020, 60 % de nos produits d'emballage en plastique sont déjà issus du recyclage. L'image de l'entreprise a changé aux yeux des employés eux-mêmes : nous sommes devenus une entreprise environnementale.

SPhere est un groupe français de dimension européenne qui fabrique et commercialise des sacs et des produits d'emballage pour la grande distribution, les professionnels et les collectivités locales. Il est l'un des principaux fournisseurs français de sacs biosourcés.

 

Depuis le 1er janvier 2017, les sacs plastique à usage unique sont interdits dans tous les commerces.

 

L’infographie : fin des sacs plastique

 

 

 


  • Sphere


  • Paris

Ces actions peuvent aussi vous intéresser